Si vous êtes soucieux de l’écologie des naissances, vous connaissez l’importance du clampage optimal du cordon (lire ce billet pour comprendre pourquoi).

Mais au-delà des bienfaits hémodynamiques d’un clampage optimal, il existe une autre approche concernant le cordon et le placenta du nouveau-né, c’est ce qu’on appelle le placenta-lotus.

Sur ce blogue, je m’engage à vous informer des sujets les plus actuels et avant-gardistes concernant la naissance. Il allait donc de soi que je publie ce billet.

Qu’est-ce que le placenta-lotus?

Si on veut faire court, on explique le placenta-lotus en disant qu’il s’agit de ne pas couper le cordon à la naissance du bébé et de le laisser se détacher en son temps, ce qui prend en moyenne trois à dix jours.

Une définition bien simpliste, même réductrice si vous voulez mon avis, qui ne tient pas compte de la raison d’être de cette pratique. Je vous propose donc cette explication :

« Les parents qui optent pour la pratique du placenta-lotus perçoivent le placenta comme une prolongation du nouveau-né qui doit se détacher en son temps. Les plus informés vous diront que le placenta est notre tout premier chakra et qu’il constitue le corps physique de notre âme. La pratique du placenta-lotus devient donc une approche logique pour laisser le temps qu’il faut au nouveau-né de bien télécharger son âme, lui assurant une incarnation totale dès son arrivée sur Terre.»


Vous trouvez ça trop «perché» ou «flyé»?

Et bien, arrêtez de lire tout de suite parce que ça n’ira pas en s’améliorant!

Ce billet parle de dormir avec le placenta de son bébé, de le considérer comme son jumeau, de ressentir ses vibrations, et même, de voir le placenta comme un organe vivant qui s’éteint à mesure que l’âme est téléchargée dans l’enfant.

Ça vous intéresse? Keep reading!  

La version courte du placenta-lotus.

Certains parents vont comprendre l’importance du clampage optimal et même adhérer à la croyance du téléchargement optimal de l’âme dans le corps physique, mais ils ne voudront pas gérer la manipulation sur plusieurs jours que nécessite un placenta-lotus complet.

Ils vont donc choisir de sectionner le cordon (avec des ciseaux ou en le brûlant) plusieurs heures après la naissance. C’est ce qu’on appelle la version courte du placenta-lotus.

Dans cette approche, le placenta reste attaché au bébé pendant 2 à 4 heures, parfois un peu plus, puis le cordon est sectionné.

Dans les dernières années, cette pratique est devenue courante dans la plupart des maisons de naissance et même dans certaines maternités du monde. C’est à mon avis la meilleure alternative au placenta-lotus complet et l’approche optimale pour bénéficier à la fois des bienfaits physiques et spirituels du placenta.

Placenta lotus

Le placenta-lotus complet.

La pratique du placenta-lotus complet consiste à attendre que le cordon du placenta se détache de lui-même de l’ombilic de l’enfant, ce qui prend entre trois et sept jours en moyenne.

Le placenta est manipulé avec soins et conscience. Il repose dans un bol de sel, fleurs aromatiques,  cristaux ou autres amulettes et est généralement entouré de langes pour éviter les dégâts.  

Chaque jour, les parents ajoutent du sel et changent les langes.

Placenta lotus

Le placenta-lotus : une nouvelle mode de hippies? Pas vraiment.  

Sur les réseaux sociaux, au cours des deux dernières années, on a pu constater que de plus en plus de parents choisissent la pratique du placenta-lotus et ce n’est pas parce que c’est une nouvelle mode qui va finir par passer. Je vous prédis même qu’il y aura de plus en plus d’enfant-lotus dans l’avenir.

En fait, il y en aura de plus en plus parce que l’information circule, tout simplement, et qu’elle fait du sens aux esprits éveillés de ce monde. 

En 2020, il y a plus de personnes qui ont accès aux réseaux sociaux qu’à une poche de riz et pour faire ma part à mon échelle dans cette ère virtuelle, je m’engage à partager sur ce blogue les informations les plus avant-gardistes afin de créer le nouveau paradigme des naissances et des familles. Et oui (appelez-moi hippie si ça vous chante) j’encourage tous les parents qui le souhaitent à vivre l’expérience du placenta-lotus. Laissez-moi vous expliquer pourquoi.

Placenta lotus

Le placenta, notre premier chakra, la source de notre existence.

Je l’ai dit plus haut. Le placenta est la prolongation du bébé et, selon la vision quantique de la naissance, c’est le corps physique de notre âme. C’est bien connu, on a sept principaux chakras énergétiques dans notre corps. Or, le placenta constitue le tout premier chakra de notre création, mais ça, on l’ignore.

Rappelez-vous que le placenta dans le monde médical a le statut de «déchet biomédical». C’est tout dire de ce que la médecine et le patriarcat pensent de la spiritualité associée à la naissance !

C’est la sage-femme Robin Lim, dans son livre « The Fogotten Chakra », qui a apporté la notion du placenta comme le chakra oublié de l’humain.

Ça fait tellement de sens quand on y pense. Les cellules placentaires sont parmi les toutes premières cellules constituant une grossesse. Elles constituent notre premier centre énergétique en tant que personne unique.

Si bien que si le placenta (premier chakra) n’est pas bien constitué au moment de l’embryogenèse, il s’en suivra forcément une fausse-couche ou des complications majeures au cours de la grossesse.

Placenta lotus

Pourquoi pratiquer le placenta-lotus?

Selon l’approche quantique de la naissance, la pratique du placenta-lotus permettrait une incarnation optimale de l’âme de l’enfant (futur de l’humanité) dans son corps physique. Le résultat: un enfant complètement incarné.  

Si à la naissance on coupe le lien entre le nouveau-né et son placenta trop rapidement, non seulement cela aura un impact sur sa santé à long terme (lire ce billet), mais le téléchargement de son âme pourrait être incomplet.

Ces générations en quête de leur chakra oublié.

La pratique de couper le cordon à la naissance, qui perdure depuis plus de deux cents ans, serait d’ailleurs une hypothèse pour expliquer la nature matérialiste de l’humain moderne.

On s’imagine qu’un nouveau canapé nous rendra heureux.  Qu’une retraite de méditation nous aidera à mieux nous connaître. On ressent le besoin constant de combler un vide en nous en achetant ceci ou cela, mais en réalité nous sommes à la recherche de cette partie perdue de notre âme.

Et si on méditait sur la reconnexion avec notre placenta utérin comme le propose l’auteure et conférencière Ginette Forget? Je l'ai fait pour moi-même, et sérieux, plus les années passent depuis cet atelier avec Ginette au YoniFest 2017 et moins je me sens attachée au matériel. (Voir son livre HOLOS - La présence de soi.)

Les bébés-lotus sont plus simples et complets.

On dit que les bébés qui sont nés de leur placenta-lotus sont plus complets et plus vite satisfaits. On dit d’eux qu’ils n’ont pas besoin de beaucoup pour être heureux. 

Quand j’ai lu ça la première fois, cela m’a suffi pour me convaincre et je me suis promis que si un jour j’avais un autre enfant j’opterais pour cette pratique. Et bien la vie m’a comblée et j’ai eu un autre enfant, Emrys Wild, mon bébé-lotus.

C’est effectivement mon bébé le plus facile de tous. Et je ne compte même plus les fois où de parfaits étrangers l’ont regardé en disant «Oh! Mais c’est qu’il est tout là cet enfant!».

En effet, Emrys on le sent quand on le rencontre, il est 100% incarné. Évidemment, il n’a qu’un an alors que j’écris ce billet, je n’ai donc pas beaucoup de recul. Mais à ce jour c’est de loin le plus facile de tous mes bébés.

Je vous en reparlerai dans cinq ans, dix, vingt ans…. En attendant le voici en ce moment. Wild as a bird. 

Placenta-lotus

Voici ce que les autres parents disent de leur bébé- lotus.

J’ai fait un sondage sur ma communauté privée, où la pratique du placenta-lotus est de plus en plus fréquente.

J’ai demandé aux parents de me parler de leur expérience et de leur bébé-lotus. Voici quelques partages qu’ils m’ont autorisé à vous partager.

« Au deuxième, cette expérience a été une évidence pour moi. C’était dans la continuité de mon enfantement à domicile, de laisser faire le corps… Le cordon s’est détaché de bébé en 3 jours. J’ai eu l’impression que ça nous faisait une séparation progressive. On met bébé au monde et d’un coup on se sent vide, mais en ne coupant pas le cordon, il y a toujours ce fort lien qui nous unit. Quand le cordon est tombé, c’est comme si mon bébé était alors officiellement séparé de moi. Comme une nouvelle naissance où il devient lui-même si j’ose dire. L’accouchement était la rencontre, et finalement quand le cordon se détache, c’est là que bébé s’est totalement incarné. » - Aurore.

J’ai tellement ressenti ça aussi avec Emrys. La naissance qui se prolonge avec le postnatal immédiat, puis le tout premier regard complet au bout de trois jours quand j’ai tenu mon fils seul pour la première fois dans mes bras.

Il a ouvert ses yeux, il m’a regardé et je l’ai vu arriver. Il y a eu les regards des trois premiers jours et il y a eu les regards après le placenta-lotus. J’ai pleuré d’extase en voyant ce premier regard!

Si mon expérience intime de placenta-lotus vous intéresse, vous pouvez l’entendre dans ce podcast que j’ai fait avec Karma Mama (par ici). Allô les fous rires bourrés d’hormones de l’amour en plein babymoon ! Ce podcast est collector. Vous pouvez aussi m'entendre en parler sur notre propre podcast, par ici

«Je trouve que ma fille est pleinement là, elle prend sa place dans l’espace. Je la sens incarnée, même si je n’ai pas vraiment de point de comparaison puisque c’est mon premier bébé. Je la trouve vivante, dynamique, expressive. J’ai l’impression de la comprendre à 200%.»          - Pauline

«C’est comme si la transition entre le dedans et le dehors s’était faite dans la plus grande douceur possible. Avec le placenta-lotus, j’ai pu vivre les différentes étapes de la naissance dans la continuité, sans cassure de rythme, sans intervention extérieure, sans objet tranchant ou geste invasif. Face à tant de grâce et de complétude, je ne pouvais que m’incliner et me taire. Après trois jours, quand le cordon est tombé, j’étais en joie, c’était la fête. Nous avons commencé le portage à bras et mon bébé s’est mis à explorer le monde des yeux.» - Elsa.

Placenta lotus

«Moi j’ai pu le faire pour un de mes jumeaux. Lors d’une méditation que j’avais faite pendant ma grossesse, j’avais vu une image qui représentait l’unité du bébé avec son placenta. J'ai senti la fusion totale. Je sais que cela a aidé le dernier né dans sa transition de naissance. Comment dire? On dirait que cela crée un genre d’aura qui préserve cette union et qui fait ralentir le rythme. Même si nous en étions rendus à 4 enfants. C’était doux, et très calme. Nous l’avons gardé pendant deux jours 1/2 et nous l’avons coupé. Il y avait une odeur. Je crois que nous n’avions pas bien fait « l’enrobage ». Définitivement, cela a inscrit en moi une nouvelle façon de naître» - Sarah H.

La suite logique du placenta-lotus.

À plusieurs reprises dans ma communauté privée, les mères ont rapporté qu’après le placenta-lotus, elles ont simplement laissé le placenta dans le sel, certaines en rajoutaient au besoin, jusqu’au moment de le planter en terre sous un arbre.

Cela est tellement logique. J’avais bien lu la réflexion de Robin Lim sur la congélation des placentas et l’impact possible sur l’enfant et maintenant que les femmes m’ont enseigné cette option, c’est celle qui me semble la plus optimale.

L’expérience spirituelle la plus puissante de ma vie.

Je me souviendrai toujours de ces trois premiers jours avec mon bébé et son  panier placenta. Ces allaitements dans la nuit où je rapprochais mon bébé (en cododo) vers mon sein et où je collais le placenta tout près de nous pour éviter que le cordon ne tire trop sur son ombilic. C’était comme m’occuper de son jumeau, sa prolongation. Une conscience en continu que mon bébé n’était pas seul.

Quand j’allaitais mon bébé, parfois, je pouvais  sentir le placenta vibrer. Comme s’il était réactivé par mon lait, ma nourriture d’amour pour mon bébé.

Et ce premier regard après la séparation de son placenta. J’ai vu son âme arriver dans ses pupilles. J’ai pu entendre mon fils me dire : « Ça va maman, je suis là. Je suis bien. Je t’aime.»

Les avantages du placenta-lotus.

Outre une incarnation optimale (si on croit à l'incarnation bien sûr), la pratique du placenta-lotus comprend plusieurs avantages.

  • La mère se repose au maximum. On reste au lit, collée sur bébé.
  • Bébé reste au lit, est très peu manipulé. Trimballer un bébé avec un panier placenta et un cordon rigide comme du cuir, ce n’est pas très invitant. Tant que bébé est lotus, on reste au lit, collés, isolés du monde.
  • Filtre les visites aidantes. Très peu de visite et repousse ceux qui veulent voir le bébé tout habillé dans son petit kit parfait pendant que vous leur servez des biscuits maison!
  • Laisse le vortex de la naissance ouvert et permet un meilleur début de tissage. On reprend moins vite les activités dans la maison.
  • Fascine les frères et sœurs. Leur enseigne l’importance de respecter et honorer la trinité sacrée de bébé-cordon-placenta.
Placenta lotus

Comment faire?

  • Lavez le placenta au besoin (p.ex. si plein de méconium), rincez-le et épongez-le.
  • Dans un bol (mon préféré est le panier vapeur de bambou), mettre un lange (tissu) au fond et couvrir tout le fond de sel en quantité abondante.
  • Déposez le placenta sur le sel en plaçant le côté fœtal vers le haut.  
  • Sur le côté foetal, appliquez  généreusement du sel et au souhait des herbes séchées et broyées (romarin, thym, muscade, épices chai, lavande…). Il vaut mieux en mettre plus que pas assez. Vous ne devriez plus voir le placenta.
  • Ajouter vos cristaux et amulettes.  
  • Fermer le lange et mettre le couvercle si vous utiliser un panier bambou.
  • Vous pouvez aussi envelopper tout le panier avec un autre lange si vous souhaitez. Vous pouvez aussi vous procurez un sac à placenta-lotus sur cette boutique Esty.
  • Toutes les 24-36 heures, enlevez les vieux langes et remplacez-les avec des propres puis ajoutez du sel et des plantes aromatiques.

Une leçon complète sur le placenta-lotus dans la Préparation pour un postnatal optimal

placenta lotus

Quelques questions en rafale.

Est-ce que ça pue?

Non. Si ça pue,  c’est que vous vous y prenez mal. Si vous suivez les étapes de mettre du sel abondamment chaque jour et de changer les langes chaque jour, le placenta-lotus sent bon. Surtout si vous mettez des plantes aromatiques (rose, thym, sapin, sauge, etc.)

Est-ce qu’il y a des risques?

Non. Si vous faites le placenta-lotus comme il le faut (je l’enseigne en détails dans mes préparations virtuelles. Il y a trente minutes de vidéo là-dessus dans la prépa postnatale), il n’y a pas de risques d’infections ou de contaminations quelconques. Du moins, aucune répertoriée à ce jour.

Bien sûr, si vous cherchez sur le net, vous trouverez des articles qui tenteront de vous faire peur  (comme celui-ci) avec les risques de dormir avec un morceau de viande qui pourrit à vos côté (en effet!), mais vous savez maintenant que ce n’est pas de quoi il s’agit.

Quand c’est bien fait, le placenta-lotus c’est sécuritaire, sacré, beau, doux.  

Combien de temps ça prend pour que le cordon se détache ?

Entre trois et dix jours. Personnellement je n’ai jamais vu plus de sept.

Est-ce qu’on peut consommer le placenta après avoir fait le placenta-lotus?

Dans son livre, Robin Lim dit qu’on peut l’encapsuler. Elle explique que le fait que saler le placenta ne prévient pas seulement les odeurs et la putréfaction, cela le conserve et rend son utilisation médicinale possible une fois détaché. Rappelons-nous que c’est ainsi que l’on conservait la viande pendant des milliers d’années !

Attention, si vous choisissez d’encapsuler votre placenta après le placenta-lotus, il faudra le laver, le trancher en morceaux, le cuir à la vapeur, le déshydrater et l’encapsuler. Il ne faut pas le manger cru ou cuit par contre. À savoir que ni le Collège des médecins ni l'Ordre des sages-femmes n’approuvent cette pratique de déshydrater le placenta après avoir fait le placenta-lotus. Je ne peux donc pas supporter ce choix. 

Comment va réagir la visite ?

Généralement positivement. C’est une belle façon de les éduquer, éveiller leurs esprits. Sinon, ça filtre les visites non aidantes pour plus tard. Que du bon bref.

Est-ce possible à l’hôpital ?

Oui. J’ai dans ma communauté quelques couples qui sont partis de l’hôpital avec bébé en placenta-lotus. Malheureusement, je n’ai pas de photo à l’appui. Si vous le faites, pour l’amour prenez une photo de bébé-lotus dans son banc d’auto et envoyez-là moi pour que je la mette ici!

Et si je ne le fais que quelques heures? 

It's all good !!! Je l'ai dit au début de ce billet, il y a la version courte et complète du placenta-lotus. Évidemment l'expérience n'est pas la même, mais je crois qu'au niveau des bienfaits physiques et psychiques les impacts sont très similaires. Et entre vous et moi, on n'a pas besoin d'études scientifiques là-dessus, right?

Dans tous les cas,  si après quelques heures de placenta-lotus vous décidez de couper le cordon et que vous le faites avec conscience, gratitude et révérence, en remerciant le placenta d'avoir aidé votre bébé à venir au monde, vous venez d'offrir à ce nouvel humain sur Terre l'arrivée la plus optimale. 

Mais les animaux mangent le placenta, ils ne font pas de lotus avec ?

Well, si la plupart des mammifères mangent effectivement le placenta de leur bébé. Les singes (nos cousins primates) semblent pratiquer eux aussi le placenta-lotus avec leur bébé. Voici deux vidéos où on peut voir la maman singe trimballer bébé et placenta ensemble. Selon les experts, après un un certain temps la mère finit par manger le placenta.


Alors? Ça vous parle? Avez-vous une expérience de placenta-lotus à partager? 


NOTRE PODCAST SUR LE SUJET