2024, here I come.

Je ne sais pas pour vous, mais pour moi (nous) 2023 a été une année difficile. Pas difficile dans le sens qu'on a vécu un gros drame. Le gros drame, on vit déjà avec depuis 2020.  

2023 a été difficile dans le sens qu'elle a été une année charnière pour moi alias Quantik Mama, mais aussi pour moi comme femme et maman entrepreneuse.

En 2023, j'ai franchi un threshold

Un threshold, c'est un point d'entrée ou de commencement...

C'est le point clé dans un processus où l'effet  a lieu.  Quand on atteint le niveau du threshold dans un processus, quelque chose se produit. 

En 2023, j'ai vécu ce threshold

J'ai sérieusement recommencé à travailler pour Quantik Mama après trois ans à tisser la mort de mon fils. J'ai repris les rênes de ma business après plusieurs années à m'en remettre à d'autres, et à carrément m'en foutre par moment.

En 2023, j'ai réclamé l'archétype de la bonne mère de famille pour ma business. J'ai repris la chaise au bout de la table, je m'y suis assise le dos bien droit et j'ai regardé ce qui se passait réellement. 

En 2023, j'ai regardé Quantik Mama en pleine face.

Mon site web était catastrophique. 

Je ne l'avais pas mis à jour depuis 2018. Et  normalement, un site web on refait ça aux trois ans si on veut rester on top of the game. Mais bon, à travers le deuil c'était le moindre de mes soucis...

J'ai perdu mes deux employés clés.

En 2023, j'ai perdu Mélanie B., ma fée de la comptabilité,  et ma queen M.,  Marielle.

Ce fût la fin d'une époque.

L'époque où Sévan était d'abord très malade, puis mort...

Une époque où la Karine que j'étais, était complètement éclatée, détruite, et ce,  malgré son titre de présidente d'entreprise. 

Une époque où malgré le deuil, Quantik Mama a continu des années avec un succès incroyable. Un succès qui a pu avoir lieu dans le moment de ma vie où j'étais le plus dévastée, entre autre grâce à l'aide de Marielle et de Mélanie. 

Alors quand je les ai perdues back à back en quelques mois d'intervalle, j'ai vraiment cru que c'était potentiellement le début de la fin pour moi.  

On est donc revenu au Québec en urgence.

Il y a de ces décisions dans la vie qui demandent d'être raisonnable et responsable, et de mettre de côté ses désirs et ses préférences. 

En 2023, on a pris une telle décision quand on est revenus vivre au Québec, en urgence du jour au lendemain, après trois ans et demi dans la jungle du Costa Rica. 

En quelques semaines on a fermé mon bureau et ma pratique de sage-femme là-bas, on a vendu nos voitures, loué notre maison et inscrit Emma dans une école du Québec pour la première fois de sa vie, à 10 ans. 

Et notre mission 2023 au Québec a commencé. 

Constater des fuites d'argent.

On ne parle pas assez je trouve de la réalité d'une business qui croit rapidement et des risques associés à une telle croissance. 

Quand une business croit rapidement, on doit vite s'adapter et les prises de décisions sont souvent faites à la va vite. Mais si on se trompe en chemin avec une de ces décisions, puis une autre, et une autre, les conséquences s'accumulent dans le temps.  Seulement, on ne s'en rend pas forcément compte tout de suite, parce qu'on est trop occupé à gérer le day to day de sa business en croissance. 

En 2023, j'ai eu le courage de revisiter les décisions à la va vite que j'ai prises à travers les années du trauma et du deuil, et j'ai découvert tellement de fuites financières que j'ai honte de vous dire tout l'argent que j'ai perdu dans ces fuites au fil des ans. 

Mais bon, c'est la vie. J'ai appris. Et comme on ne peut pas revenir en arrière, j'ai accepté de me pardonner. 

Et j'ai repris le contrôle...

Je me suis relevé les manches et j'ai incarné mon rôle de CEO une bonne fois pour toute. 

J'ai réalisé la chance que j'ai eu d'être aussi bien supportée pendant ces premières années de deuil. Puis, j'ai réalisé que je n'avais plus besoin de ce support maintenant, parce que j'ai appris à nager dans mon océan de larmes. 

J'ai restructuré mon équipe et fais un bon plan de gestion financière. Et déjà, ma business feel tellement solide de nouveau. 

J'ai re-filmé ma PRÉPA NAISSANCE

Il le fallait. Je n'en pouvais plus de partager mon offre naissance qui datait de 2017. Je voulais offrir une offre  sur la naissance avec la Karine que je suis devenue aujourd'hui, après la mort de Sévan, après avoir quitté mon titre de sage-femme au Québec, après la pandémie, après être devenue sage-femme dans la jungle...

Je ne suis plus cette Karine de 2017 et je si je voulais continuer de faire vivre Quantik Mama au-delà de 2023, il me fallait renouveler mon offre avec la Karine que je suis aujourd'hui. 

On a déménagé vers Kajabi. 

En 2023, j'ai aussi bougé toutes mes prépas virtuelles vers Kajabi. La nouvelle plateforme d'hébergement pour mes cours et séminaires. 

Je vous épargne les détails du pourquoi et du comment de cette décision, mais ce déménagement de plateforme est certes une des décisions qui me fera épargner le plus d'argent dans l'avenir. Et en plus, la plateforme est tellement wow!

On n'a pas encore tout fini de programmer à l'heure où j'écris ces mots, mais je vous promets qu'en 2024 tout va prendre encore plus forme et que ce sera extraordinaire. 

On a rafraîchit le site web. 

Quand je dis ON, je parle de moi et Marie-Douce (Madou pour les intimes). Si vous ne la replacez pas, Madou a été la nounou d'Emrys pendant un an après la mort de Sévan. C'est elle qui a pris soin de ma famille pendant cette première année à tisser le deuil. Cette année où je n'arrivais plus à être mère. 

Madou était une bonne amie de Sévan. Ils ont étudié ensemble en vocation piano. Cette enfant, je l'aime presque comme ma propre fille. Elle me rappelle tellement Sévan...

Après un an à être la nounou d'Emrys, au Québec et au Costa-Rica, Madou nous a quitté pour aller étudier en graphisme pendant deux ans. 

En septembre 2023, elle est revenu dans nos vies mais cette fois comme employée au design et graphisme de Quantik Mama et de l'École Quantik. 

Tout l'automne 2023, on l'a passé ensemble à rafraîchir mon site web et à programmer Kajabi, et grâce à elle je ne suis plus gênée de vous inviter sur mon site web!

J'ai hâte de voir ce que nous réserve les prochaines années ensemble...

Et voilà qu'on retourne vivre dans la jungle. 

Quand on est revenus au Québec en mars 2023, j'avais ce désir bien naïf d'y prendre goût et d'y vivre pour au moins deux ou trois ans.

J'ai vraiment essayé de m'y plaire. Je vous jure que j'y ai mis tous les efforts que je pouvais. Mais le fait est qu'après seulement neuf mois, on n'en peut plus d'être là. 

On ne trouve pas de sens à la vie ici, où tout va trop vite et où tout le monde est toujours occupés, nous y compris. 

On ne trouve pas de sens à cette vie où on est tous là, comme des petits robots, à essayer de tout gérer tout seul, sans communauté, et à s'épuiser à petit feu sans se l'avouer. 

En plus, on n'arrête pas d'être malades depuis le début du froid... c'est l'enfer! Je n'ai jamais été aussi malade de ma vie qu'à l'automne 2023. 

En plus, Emma ne se plaît pas du tout à l'école du village. En fait, elle en souffre même terriblement puisqu'elle y vit de l'intimidation d'une violence inconcevable pour un coeur de parent.

Si elle a pu récupéré en partie son retard académique pendant ces quelques mois au Québec, elle a hérité en échange du trauma d'être l'intimidée du village. 

Bref, à peine un an au Québec et la plupart de nos missions d'accomplies, on a décidé de retourner vivre dans la jungle pour de bon. Et Madou s'en vient avec nous! 

On y retourne à la fin janvier 2024. 

Je suis enfin prête à vendre mes acquis du Québec.

Quand on reviendra au Québec en juillet prochain,  on va venir vendre nos acquis du Québec.  On est prêts maintenant. 

Avant ça, nous n'étions pas prêts à vendre cette belle maison qui a vu naître et grandir nos enfants. On n'était pas prêts à la laisser aller avec tous les souvenir de notre famille de six. On avait besoin de temps. 

Mais là, on est prêts. En 2024, on va vendre et se trouver un pied à terre au Québec plus modeste et plus adaptée à notre vie de nomades, et surtout, dans une région où la communauté nous ressemble davantage.

Fin 2023, écoeurantite chronique des médias sociaux!

Ça, je ne l'ai pas vu venir mais c'est arrivé pareil.

Tout a commencé le 30 octobre, par un piratage de mon compte perso et de ma page pro sur Facebook.  Ce jour là, j'ai découvert l'absurdité sur laquelle les business d'aujourd'hui reposent. 

Ce jour là, j'ai réalisé que la plupart de mes ventes annuelles reposent sur le fait que j'ai des médias sociaux et que ceux-ci peuvent disparaître en quelques clics bien placés par un bon robot pirate.

Ça m'a anéantie. 

Si tout ce que je fais repose sur un fil, pourquoi je le fais alors? 

Comment puis-je solidifier mes acquis?

Comment puis-je protéger ma présence en ligne?

En 2024, je veux faire les choses différemment. 

Je n'ai pas encore trouvé les réponses à toutes mes questions mais je sais une chose, en 2024 je veux faire les choses autrement.

En 2024, je retourne vivre dans la jungle et je veux tenter de crack the code comme je ne l'ai jamais fait encore.

En 2024, je veux recommencer à bloguer et je veux faire des podcasts de façon plus assidue. J'ai même envie d'essayer Youtube et de voir si ça marche pour moi. 

En 2024, je veux tenter le tout pour le tout et me servir des médias sociaux différemment. Je veux recommencer le présentiel et inviter les gens à venir me voir via des retraites dans la jungle. 

En 2024, je veux vivre ma vie les deux pieds sur terre et partager mon travail sur des bases solides, comme mon blogue, mon infolettre, mes podcasts, les vidéos que je ferai (peut-être) sur youtube, et qui sais, le livre que j'écrirai peut-être un jour!

En 2024, je tente le tout pour le tout et je lâche prise de la peur de tout perdre en une nuit à cause d'un robot pirate du web. 

Et si au final ça ne marche pas ainsi, alors tant pis. Je mettrai la clé dans la porte et je disparaîtrai écrire des romans fictions dans la jungle!

J'ai fini de me construire des accroires sur du vent. Je suis une vraie personne avec un vrai potentiel de faire du bien au monde et je mérite d'avancer les deux pieds solidement ancrés sur un sol ferme. 

Et la vie continue...

En conclusion, je vais continuer mon petit bonhomme de chemin avec mon coeur pur et humble, malgré le monde chaotique et en guerre. Je sais que parallèlement à toutes les souffrances, le nouveau paradigme est en pleine émergence et je veux continuer de m'éveiller avec lui. 

En d'autres mots, je pense que mon syndrome de la page blanche s'est estompé et que j'arrive à écrire à nouveau. Je vous donne donc rendez-vous ici sur ce blogue, ainsi que sur mon podcast et éventuellement, sur youtube si j'y arrive! 

Je serai aussi sur Instagram, tant que Meta voudra de moi, et peut-être un jour de retour sur Facebook. Mais si vous voulez vraiment me suivre et évoluer à mes côtés, vous savez où me trouver. 

Merci de m'avoir lue et à bientôt.

k.xx

P.S. La photo de ce billet a été prise par Léa Couture l'été dernier au Festival Enfanter l'évolution. Cette photo, c'est moi à mon plus raw, lors de ma toute première sortie en personne dans la communauté naissance après trois ans à pleurer mon fils. Pas de maquillage, pas de flafla. En 2023, à une époque où le botox est the new normal, j'ai compris que ces lignes sur mon visage, elles parlent de la vie, l'amour, la mort, la résilience, et  j'ai vraiment appris à les accepter et même, à les aimer. Alors merci au Québec pour ça.